Abécélire Essai Nouveautés

Et si on décidait de fermer la Porte aux grincheux – Janine Gerson

Entrez dans ce livre comme dans une bibliothèque. Vous y serez en bonne compagnie. (Extrait)

A la lecture du recueil de Janine Gerson, mon esprit déambule sur la place du Colisée à Rome où pour la première fois, j’assistais à un spectacle de rue où dansaient des bulles de savons aux couleurs de l’arc en ciel. Rien n’excite plus l’imaginaire que des bulles lumineuses différentes les unes des autres nous transportant vers d’autres possibilités. Sensation retrouvée grâce à l’auteure, souffleuse de bulles pleines de pensées positives.

Elle nous donne les clés ou du moins les pistes pour éloigner tous les grincheux de la terre et Dieu seul sait s’ils sont nombreux !! On a tous croisé des grognons sur nos parcours de vie, des insatisfaits, des briseurs de moral. Alors pourquoi ne pas faire un joli pied de nez à tous ceux qui ne sont « Jamais contents ». Pourquoi ne pas faire fi de la mauvaise humeur pour rentrer un peu de lumière ou du moins une éclaircie dans nos vies ?

Et si on fermait la porte aux grincheux pour en ouvrir une autre, celle de Janine Gerson et son optimisme contagieux ?

Elle nous transporte dans un voyage de bonne humeur et nous permet d’entrevoir la possibilité que les petits bobos quotidiens ne sont rien. Il faut juste se lever du bon pied le matin et se dire que tout va bien. Et pourquoi pas afficher une liste de phrases positives, de commandements propres à nous-mêmes, qu’on pourrait lire à chaque instant de la journée et insuffler à nos visiteurs une part de bien-être !!! Chez Janine Gerson, cette liste trône dans sa cuisine mais pourquoi pas dans les WC, lieu inexorablement propice à toutes réflexions. Endroit de tous les possibles !!!

On peut lire ce recueil dans tous les sens. Du début à la fin. De la fin au début en s’arrêtant au milieu pour s’arrêter sur une citation ou un passage. Le résultat est le même. Il nous fait réfléchir sur nous-mêmes subtilement sans qu’on ne s’en aperçoive.

D’ailleurs, connaissez-vous l’histoire des trois passoires de Socrate ? Il est certain qu’il faudrait remonter à nos souvenirs de philo et se rappeler de tous ces cours ingurgités semaine après semaine… Mais bon je m’évade et mon esprit vagabonde.. J’imagine déjà Socrate coiffé de ses trois passoires. La première est celle de la vérité, ce que je m’apprête à dire est-il vrai ? La deuxième permet de vérifier si l’information est bien. La troisième de juger si elle est utile. En gros, avant de parler sur quelqu’un, vérifier si c’est vrai, bien et utile sinon taisez-vous !!! Belle recette quand il s’agit de l’appliquer sur les autres mais qu’en est-il quand elle doit s’appliquer à nous-mêmes ?

Exemple : Ce que je pense de moi est-il vrai ? Cela me fait-il du bien ? Est-ce vraiment utile ? Cela va-il me permettre d’avancer ou seulement de perdre mon estime de soi ? Avant de parler de moi par la négation, si j’essayais l’affirmation ? Je suis tel que je suis et j’arrête de m’auto flageller avec ce que les autres attendent et pensent de moi.

Ce qu’on te reproche, cultive le. C’est toi ! (Extrait)

Effeuillez le recueil de Janine Gerson, trouvez le passage ou la citation qui vous parle le plus, « qui vous fait du bien ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.